aller à la navigation

Le navigateur Eric Barré dans la transat Brest Martinique 2013, ou quand la barre ne répond plus. avril 9 2013

Infos : , ajouter un commentaire

Bonjour, à tous les Blogonautes.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, une chose est sûre pour ce qui ne le saurait pas, les transats, ou autre course en solitaire effectué par les navigateurs sont hors normes. Je fais moi-même partie de ceux qui n’avaient pas compris la complexité, et les difficultés de ce sport.

Je salue donc avec respect tous ceux qui pratiquent ce type de course nautique, que je qualifie même d’extrême, et notamment mon compatriote Eric BARRE.

Eh oui « RESPECT »

Donc si nous partons de ce constat de sport extrême, argument utilisé par les plus grands navigateurs eux-mêmes, je ne comprends pas le message que souhaite faire passer Eric BARRE, en effectuant ces transats de Brest Fort-de-France, comme un Pied nickelé.

Encore une fois je salue le courage de ce navigateur, d’effectuer ces courses en solitaires, je le salue aussi pour le discours d’adhésion de jeûnes, et de passionnés en direction de ce sport nautique.

Mais je dis, que moi Daniel COURSIL, je ne comprends pas le message qu’il diffuse dans sa navigation, dans la mesure qu’il termine bon dernier les deux transats qu’il a effectués.

Applique-t-il la vision sportive de Pierre de COUBERTIN «  l’essentiel c’est d’y participé »

Il faut le croire !  Compte tenu de ces performances. Je ne pense pas que ses mauvais résultats sur ces transats seront un bon appel pour les jeunes martiniquais, voir les martiniquais tout court de la pratique de courses en solitaires.

Dans l’analyse de ces résultats, et de la préparation effectuée à tous les niveaux de cette course par Eric BARRE nous devons nous rendre à l’évidence, c’est du travail d’amateur.

« Amateur » le mot est lâché, peut-on être un amateur pour effectuer ce type de course extrêmement difficile ? En tant qu’amateur peut-on bénéficier de toute l’infrastructure que de partenaires, de sponsors, au même niveau que ceux que reçoivent les vrais navigateurs ?

J’invoque la notion de vrais navigateurs, pour qualifier cette espèce d’individus qui boit mange, dort, vit qu’en permanence sur leur bateau. Effectue en permanence des courses, des transats, s’entraine en permanence sur les mers du globe.

Cette espèce de navigateur, pour qui vivre sur un voilier, et naviguer en permanence est  sacerdoce, est un art de vie, un idéal, voir une transmission génétique.

Eric BARRE, fait t-il partie de cette catégorie de navigateurs ? J’en doute.

Sous estime t’il les difficultés de ce type de course ? Je le crois.

Estime-t-il que les énormes efforts à tous les niveaux mis en œuvre par les autres grands navigateurs de ces transatlantiques sont du superflu, illusoire ? Je le crains.

Au moment où j’écris ces lignes, il vient de recevoir, après des jours d’attente la pièce pour son pilote automatique.

Incident qui arrive après celui de la voile déchiré, et autres aléas. Sachez malgré tout qu’au moment où tout cela lui arrive, il était déjà bon dernier dans le classement de la course et cela dès son départ. Ce ne sont donc pas ces problèmes qui le place en dernier. Il l’était déja.

Ce qui arrive ensuite, pour moi n’est que la suite évidente d’une préparation très très largement insuffisante, d’un manque évident d’encadrement technique à niveau, et à la hauteur de l’évènement. De partenaires de sponsors, et d’un investissement financier rikiki ne permettant certainement pas d’aborder ce type de transat en solitaire extrême dans des conditions de compétiteur. Non pas pour gagner la course mais déjà pour prétendre à faire une belle course et finir classé honorablement.

Abordé comme il le fait cette transat antérieurement en 2011 appelé Transat Bénodet-Martinique, elle est en 2013 la transat Brest-Martinique, une course transatlantique en solitaire disputée en principe à armes égales. Mais au vu de ce que nous offre Eric BARRE de par ses résultats, ses armes à lui sont inégales, voir inexistantes.

Il n’y va uniquement que pour y faire de la figuration, car dès le départ il sait ne pas avoir les moyens déja rien qu’en terme d’entrainement, ne parlont même pas du reste.

En 2013 il finira, s’il termine son périple hors délais, donc hors course.

Comme je le disais précédemment il venait de recevoir sa fameuse pièce pour son pilote automatique, nous sommes le mardi 9 avril 2013. Il se trouve aux iles Canaries.

Il pense à ce moment dans ses calculs pouvoir malgré tout rejoindre la Martinique dans une dizaine de jours. Il tient malgré les problèmes qu’il rencontre aller jusqu’au bout.

Enfin au bout ? Je le lui souhaite, et c’est tout à son honneur, dans la mesure qu’il se trouve encore bien loin de son but.

Je devrais dire bravo Eric, pour ton courage, ta pugnacité, mais non ! Mais non ! Je ne dirais pas cela car l’image que j’ai en observant cette course à travers lui, c’est l’image de la Martinique toujours dernière, la Martinique pieds nickelés. La Martinique d’un peuple ayant une vision irréaliste des choses, la Martinique prétendante à la défaite, La Martinique mal organisé, etc.

Quand je pense que même nos coursiers sur leurs yoles aujourd’hui on comprit que pour faire partie des meilleurs, et être de super compétiteur dans le tour des yoles, il faut mettre en œuvre tous les moyens financier, humains, matériels, techniques, stratégiques, logistiques, physiques, mentales etc; Oui tous les moyens.

Sinon on est médiocre, décevant, perdant, ensuite vous inculquer inconsciemment autour de vous cette spirale du perdant.

Un environnement de défaites, et de défaitistes.

Et non ! Dans une compétition qu’elle qu’il soit, l’essentiel n’est pas seulement d’y participé. Mais plutôt de gagner, ou d’être dans des places honorables. C’est cette image qui donne envie, qui fait des émules; qui donne envie de s’identifier.

Il y a, où il y en aura toujours des derniers dans les compétitions me direz-vous. Oui je le sais, mais cette place reste honorable si et seulement si vous avez tous mis en œuvre pour la remporter, mais que vous la perdez parce que vos adversaires étaient vraiment les plus forts. Pas parce que vous êtes un pied nickelé dans l’ensemble de la préparation de votre course.

Pour ma part cet exemple n’est pas à retenir par nos jeunes. Il leur faut une Martinique avec des Martiniquais qui gagne enfin.

Pour éviter que la Martinique ne perde le nord.

La banane martiniquaise un génocide par substitution octobre 22 2012

Infos : , ajouter un commentaire

.Bonjour à tous les Bloggonautes, internautes.

Il fut un temps de l’histoire retenu par tous les Antillais, et de surcroîts les martiniquais ou les peuples qui constituent aujourd’hui la diaspora de l’ile furent esclave de colons français.

Une histoire bouleversante, horrible, cruelle, dont plusieurs générations de martiniquais gardent encore les stigmates. Une histoire de souffrances, de sang, de mort. Au dire des intellectuelles martiniquais et une bonne partie des penseurs de l’ile, il n’existe pas réellement d’adjectif pour qualifier ce fait de l’histoire.

Des peuples nombreux ont mené ou mènent encore aujourd’hui des combats pour que plus jamais ne se reproduit cela, et aussi pour obtenir auprès des responsables des réparations. Des journées commémoratives ont été désignées dans notre calendrier pour garder en mémoire les dates anniversaires des abolitions dans les iles concernées.

Nantes ville de France port active dans la traite des noirs, et un haut-lieu de départ des navires négriers en direction des colonies, assume aujourd’hui au travers de ses responsables politiques, et, par ricochet la France sur ce fait grave de l’histoire.

Cela apaise quelque peu les populations cette reconnaissance. Si nous nous rappelons bien, cette traite des noirs esclaves venant d’Afrique, n’avait pour seule raison d’être qu’un but économique financier. Il s’agissait pour les colons des iles d’avoir une main d’œuvre gratuite pour leurs plantations de canne à sucre. Ce qui leur permettait un enrichissement de grande ampleur.

Une histoire d’aujourd’hui qui ressemble étrangement à celle du passé, à la différence qu’il s’agit cette fois des mêmes protagonistes mais situés sur la même barre de l’échelle sociale.

On y retrouve donc les Békés descendants de colons esclavagistes, propriétaires en Martinique d’un grand nombre de plantations de bananes, et d’autre part une bonne quantité de petits planteurs noirs descendant d’esclaves propriétaires eux aussi de parcelles de bananes. Et bien entendu un grand nombre de salariés pour la plupart martiniquais, et une petite quantité de haïtiens et autres.

Une économie bananière avec à sa tête des martiniquais qui auront pris la décision de détruire le peuple martiniquais par l’utilisation abusive de produits pesticides. Une pollution des terres, des rivières, de la mer par la chloredécone pour plusieurs centaines d’années fut leur premier fait d’arme.

Des produits de l’agriculture locale, et de consommation à grande échelle à ce jour, pour la plupart souillés par cette molécule chimique. S’en est suivi de cette consommation l’apparition de multiples cancers qui détruisent inexorablement le peuple. Sans parler des centaines d’hectares de terre devenus inutilisables à l’agriculture.

Un génocide chimique annoncé, dont les responsables, des martiniquaises pures souches ne l’oublions pas qui n’ont nullement été inquiétés par la justice, et qui continuent tranquillement de vivre leurs vies de riches producteurs de bananes, sans un regard, sans sentiments de gêne, voir de culpabilité pour le préjudice causé. Seul les intéresse et les intéresseront la santé de leurs bananes, son bien-être, sa production massive, et bien sûr l’argent subventionné que rapporte son exportation.

Pour vous dire à quel point le peuple est devenu l’esclave de ce fruit banane, et de ceux qui le cultivent : après l’utilisation de la chloredécone abandonnée forcée par ces planteurs, après des nombreuses dénonciations. Déjà aux États-Unis l’utilisation de cette molécule chimique fût interdite compte tenue de sa dangerosité avérée sur la santé.

Ils, ces martiniquais sans scrupule du secteur bananier continuent leurs actes de destruction massive en obtenant des dérogations provisoires, autorisant l’épandage aérien de pesticides fongicides avec son flot de produits chimiques : (une huile issue du pétrole et fabriquée par Total, le Banole, Gardian, Sico et Tilt 250, et un stimulateur des défenses, le Bion 50WG ), tout ceci pour combattre la cercosporiose noire et jaune un champignon qui attaque la feuille et détruit le plan de banane. Il prolifère vite et fait des ravages dans les plantations.

Et que croyez-vous ? Les planteurs sont plutôt préoccupés par la maladie de leurs bananes, et les pertes financières. Ils sont inquiets, stressé, préoccupés, angoissés, ne dorment plus, perdent l’appétit en pensant au risque d’une prolifération de ce champignon dans leurs cultures et la perte de leurs profits. Pour eux pas question que cela se produise. Donc oublié l’histoire de la pollution par la chloredécone, et les terres devenues incultes, de l’apparition dans le même temps de nombreux cancers qui ôtent la vie à de nombreuses personnes. De la bagatelle !

Ces gens peu scrupuleux sont toujours plus préoccupés par les problèmes de santé de leurs plantations de banane, que par les problèmes de santé causée à la population par l’utilisation massive de leurs parts de pesticides par le système d’épandage aérien.

Ils affichent une détermination à obtenir des dérogations, à contredire les résultats alarmants des scientifiques, des associations de protection de la nature, de la santé publique sur le risque de dangerosité des pesticides utilisés, et la nécessité du principe de précaution. Ils font fi des protestions du peuple.

Il vaut mieux pour que la population meure, mais que leurs plantations de bananes vivent. Ils démontrent avec force et fracas les dégâts du champignon sur leurs cultures, mais font la sourde oreille sur les problèmes de santés causé par leurs pratiques pesticidienne. Ils restent sourds aux multiples protestations de la population, brandissant pour se défendre le spectre du licenciement, et l’augmentation du chômage dans l’ile.

Oui oui !! Le plus important est la santé de leurs bananes, elle, elle ne doit pas être malade leurs plantations de banane doit être en bonne santé. Quand à la santé de la population c’est de l’ordre du secondaire, voir pas important de s’y pencher ou de s’y arrêté. Des pertes humaines ? ce n’est pas grave, des pertes de bananiers c’est pour eux impossible à imaginer et à accepter. Un génocide annoncé par emploi massif de produits chimiques.  

 La culture de la canne au XVIIIe siècle l’or de la Martinique avait engendré l’esclavage d’humains, et les dégâts qui allaient avec.

Au XXIe siècle la culture de la banane l’or de la Martinique tiens en esclavage l’économie financière, l’éthique, la pensée, brouillant la logique, l’intelligence humaine au profit de juteux profit. Dans le futur, l’histoire retiendra que le martiniquais planteur de banane tua le descendant d’esclave martiniquais dans un  génocide annoncé par l’emploi massif de produits chimiques.

La filière banane des Antilles, qui vient d’obtenir une aide européenne de 18 millions d’euros, produit environ 270.000 tonnes annuelles (dont 50.000 en Guadeloupe). Le secteur compte environ 600 exploitations, dont les deux tiers en Martinique.

C’est peut-être aussi l’effet des pesticides dans nos cultures qui fait perdre le nord à la Martinique.

Île de la caraïbe recherche parents, et hommes politiques humanistes pour assurer la survie de sa jeune population. juin 28 2012

Infos : , ajouter un commentaire

Bonjour, chers internautes.
Une fois de plus je publie un article qui me tiens à coeur, tant il me semble important de pointer du doigt ces nombreux disfonctionnements en Martinique qui à mon sens, compte tenu des analyses profondes que je porte sur ceux-ci, sont ou seront dangereuses pour notre pays.
Plus que jamais les jeunes de la Martinique sont accusés, par une grande majorité d’adultes du pays d’un grand nombre de problèmes. À entendre ces nombreux adultes qui font la plupart du temps partis des générations des années 30 à 80, les jeunes de notre île ne valent rien, sont des bons à rien, des incapables, des fainéants Etc. etc.
Sauf que ces jeunes ne viennent pas de mars, ce sont les enfants pour la plupart de ces même adultes qui au lieu de reconnaître qu’ils ont été des incapables, que ce sont eux les véritables incompétents dans l’affaire. Des parents plutôt à côté de la plaque qui ne parviennent pas à comprendre qu’ils qu’elles sont la source des nombreux échecs que subies cette frange de la population qui est principalement composée eh oui ! de leurs enfants. Pour couvrir cette incompétence dont ils font ou ont fait preuve du point de vue éducative, affective, d’orientation, de connaissance et de compréhension des nouvelles technologies, de gestion de l’enfant, de gestion de l’adolescent au jeune adulte, du type de communication à mettre en place, de comprendre les nouvelles évolutions de ces nouvelles générations etc.
Que dire de nos politiques ! de vraies catastrophes ambulantes n’ayant les uns comme les autres jamais sus apporter de vraies réponses aux problèmes d’emplois et cela depuis de nombreuses années d’où un chômage endémique dans l’île. Un personnel politique qui depuis de nombreuses années n’est à la recherche que du pouvoir, de la notoriété. Un personnel politique vieux, amorphes, coincé dans des luttes de clans, avec des idées uniquement institutionnelles qui ont plombé l’avenir économique du pays.
Des parents et des politiques si incompétents qu’ils n’ont pas sus protéger leurs enfants, leurs adolescents, leurs jeunes adultes. Nous pouvons aujourd’hui voir sur le terrain les résultats de tant de carences éducatives, socialo politique. Les parents lorsqu’on les questionne, disent avoir tout fait pour leurs progénitures. Oui ! pour ce qui est de les satisfaire matériellement, non ! pour ce qui est de la partie présence du père, de la mère et affective. Simple ! Parents calculer le nombre de temps que vous passez, ou accorder à vos enfants sur une année, ou de leur naissance jusqu’à leur adolescence. ALLEZ-Y PARENTS CALCULER !
Je Ne cherche pas à vous culpabiliser, mais plutôt à vous mettre face à vos responsabilités, et sur ce point vous avez FAILLI ! Ne chercher pas sans cesse des ” boucs émissaires ” pour justifier votre échec. Chacun nous devons assumer nos échecs. Que leur offrez-vous à vos enfants ? Dès leur naissance ils se retrouvent souvent sans un père, ensuite très rapidement ils sont soit avec une nounou, soit à la crèche, soit chez la grand-mère jusqu’à l’age de 3 à 5 ans. Et là hop ils sont toute la journée à l’école gérant et subissant, on peut le dire ainsi le divorce de leurs parents qui ne manqueront pas de les utiliser sans scrupule comme élément de chantage. Ah ! j’oubliais de dire que durant cette période scolaire, ils se gèrent comme des adultes, avec clés de la maison en poche, un téléphone portable pour la communication parentale, les post-it sur le frigo pour la préparation et la gestion du repas. Sans oublier que dans un grand nombre de cas avec leurs 5, 6, 7 ans d’age ils doivent aussi gérer le petit frère ou la petite sœur de 3 ans.
Ils continuent bon gré malgré, sans père, sans mère pour certain puisse que se trouvant à la DDASS, ou avec un beau-père, ou une belle-mère, ou encore en garde alterné à cause d’un divorce, ou dans la rue les parents étant toujours absents. Ne pouvant même pas suivre avec exactitude la scolarité de leurs enfants. Il faut aussi dire qu’à cause de leurs carences présentielles et éducatives, ils ont fait le choix de confier ces aspects familiaux qui les incombent aux maîtresses, tati et profs.
Ils passent donc leurs temps dans leurs chambres en compagnie d’ordinateurs, de PSP, et autres WII et Nintendo, vêtus de ce qui se fait de mieux comme vêtement de marques sur les sites Internet X, ou Facebook etc. Une vie d’enfant vide, sans transmission par les parents des valeurs humaines, de la compréhension propre du bien et du mal. Une vie vide des adultes qui doivent donner l’éducation, eux-mêmes souvent sous éduquer, voir n’ayant eux-mêmes rien reçut de leurs parents.
Ils arrivent ensuite à l’adolescence, vide. Vide de la présence de parents, d’éducation sur tous les plans (valeurs humaines, religieuses, sexuelles, sportives, culturelles). Vides de ce qu’ils sont, de ce qu’ils représentent. Leurs constructions et leurs éducations étant pour l’essentiel été réalisé la plupart du temps en autodidacte, ou avec pour seul parent l’ordi, l’Iphone, la tv, les burgers, les sodas, bières, le scooter l’autre jeune de la rue, le dealer de cannabis du coin. Comme vous pouvez le constater pour une grande majorité de nos enfants et jeunes adultes se furent cela leurs constructions. Ensuite pour couronner le tout, tous les problèmes du monde sont de leurs fautes.
Juste une infime minorité enfants de parents responsables échappent à ce triste destin. La Martinique est malade, malade de cet ensemble d’adultes dont l’incompétence est criante. J’ai une cinquantaine d’années, je suis offusqué du comportement d’un grand nombre d’adultes vis-à-vis de ces jeunes qu’ils ont eux-mêmes créés. Ils ne leur ont rien donné, mais ils veulent qu’ils aient tout. Oui ils ont tout eu matériellement, sauf qu’il valait mieux assurer au plus fort de son pourcentage la partie affective, relationnel, et présentielle, et un socle familial sain et serein. Ces aspects profonds d’une vie d’enfant, générant de fortes valeurs humaines pour ceux et celles qui les reçoivent, VOILÀ ! la réponse qui n’a pas été apportée par les adultes. Oui ils vous diront c’est la faute du système, alors que le système c’est eux, le système c’est eux qui l’ont mis en place pour eux. Oubliant au passage les répercussions sur ceux qui représentent ou représenteront une nouvelle génération. NUL ! ils ont été ces adultes, NUL ! ils resteront ces adultes. La Martinique devra postuler pour avoir en son seing des adultes responsables, humaniste. Des hommes politiques de valeurs ayant la fibre humaine, et pas uniquement du pouvoir et de l’argent. Des adultes parents et politiques à la hauteur des enjeux essentiels dans la conduite de nos enfants pour qu’ils deviennent enfin des jeunes équilibrés. Arrêtons d’accusés nos jeunes de nos propres insuffisances d’adulte.
Mais la Martinique perd toujours le nord.

La passion des martiniquais “les guerres de clochers” le DALLAS des partis politiques. juin 17 2012

Infos : , ajouter un commentaire

Bonjour, chers internautes.

Que dire ! À mon réveil ce dimanche 17 juin 2012 au lendemain de cette journée du 2ème tour des législatives en Martinique. Comme cela a toujours été le cas dans cette île les résultats du vote d’une partie des martiniquais qui se sont rendus aux urnes me laisse perplexe. On retrouve élu député trois hommes politiques du parti indépendantiste le MIM et ses alliés (monsieur Alfred MARIE-JEANNE, et un autre de la PPM et ses alliés (monsieur Serge LETCHIMY) qui est lui président du conseil régional, et député sortant. Regardons un peu ceci : Dans la 1ère Circonscription Centre Atlantique :  Alfred MARIE-JEANNE (MIM) élu, face à Louis-Joseph MANSCOUR (PS).

Dans la 2e Circonscription Nord : Bruno Nestor Azérot élu, face à Luc-Louison Clémenté (EMN).

Dans la 3e Circonscription Fort-de-France : Serge Letchimy (PPM) élu face à Francis Carole (Palima).

Dans la 4e Circonscription Sud : Jean-Philippe Nilor (MIM) élu face à Arnaud René-Corail (EPMN). N’est-ce pas-là un air de déjà vu ? (MIM contre PPM, où PPM contre MIM)

Pour mémoire rappelée vous dans l’ordre chronologique des faits : le 17 janvier 2010 les martiniquais en masse rejetaient par un vote l’article 74 de la constitution.

Le 24 janvier 2010 ils votent encore en masse pour la mise en place d’une assemblée unique.

Ensuite Serge LETCHIMY et son parti le PPM accède aux affaires en devenant Président du Conseil régional en lieu et place de monsieur Alfred MARIE-JEANNE.

Alors que la Martinique subissait déjà depuis bien longtemps avec à sa tête Alfred MARIE-JEANNE à la présidence du conseil Régional et les autres partis indépendantistes un harcèlement, et des querelles à n’en plus finir avec les autres groupes politiques sur la question institutionnelle. Ouf ! le 17 et le 24 janvier 2010 on se dit que la question est définitivement réglée, et que l’on va enfin dans ce pays pouvoir parler de développement économique.

Que nénies ! Vient ensuite la guerre entre ” Serge LETCHIMY “, et le Président du Conseil Général de l’époque ” monsieur Claude LISE ” La Martinique s’embourbe encore un peu plus après quelque mois de cette guerre fratricide.

Les martiniquais votent ensuite au 2ème tour des cantonales du 27 mars 2011 pour faire perdurer la guerre des clans, les résultats de ce vote renvoient plus que jamais à une face à face et face cette fois dans l’hémicycle PPM, RDM et en toile de fond MIM.

Cela se solde par l’élection à la Présidence du conseil Général de madame Josette MANIN du groupe ” Pour une Martinique Nouvelle ” dont l’instigateur est Serge LETCHIMY. Claude LISE étant déchue de son siège on se dit Ouf ! terminés cette guerre ils vont enfin pouvoir travailler sur de vrais sujets politiques concernant les problèmes économiques de notre île et son chômage récurant. S’ensuit donc une période relativement calme, je dis relativement d’autant que l’hémicycle du conseil Régional à Plateau-roy la guerre larvée continue entre PPM et ses partisans et les opposants MIM et ses partisans.  Le résultat est que les choses n’avancent toujours pas dans la bonne direction pour le pays, mais enfin les groupes semblent travailler un petit peu ensemble. Et nous dans la population pour ceux qui aspirent à une paix politique et un avancement du pays nous respirons un petit peu. C’était sans compter sur ce véritable Amour que porte une partie de notre population martiniquaise pour les guerres de clan dans la mesure que nous revoilà a ce jour du 17 juin 2012 avec les mêmes protagonistes de la politique de Guerre de pouvoir politique des années précédentes. Élus députés pour aller faire ou défendre des lois pour notre département.

Quelle incohérence fait preuve là une partie de notre peuple, vu de l’extérieur les observateurs doivent s’arracher les cheveux. Tout cela reste incompréhensible, cacophonique. Ils ne veulent pas l’article 74, mais ils votent de façon à faire sauter Alfred MARIE-JEANNE à la tête de la présidence du conseil Régional depuis une dizaine d’années. Ensuite vole en éclats Claude LISE président du conseil Régional et du RDM à cause de son conflit avec Serge LETCHIMY, et de son alliance contre nature avec le MIM d’Alfred MARIE-JEANNE. Ce qui permet au PPM de détenir les clés du pouvoir pour mettre en place la politique que semblait à ce moment-là appelé de leurs vœux les martiniquais. Et voilà PATATRAC !

Mon analyse n’est pas pour prendre partis pour les uns ou les autres, mais je considère que ne si on souhaite parler que d’indépendance en Martinique on vote pour les partis indépendantistes on les met au pouvoir et l’on n’en parle plus.

Ou si l’on préfère rester dans la nation française comme il a été formulé par le vote de l’article 73, alors on vote et l’on met en place les personnes des partis qui vont dans ce sens. C’est à mon sens vraiment plus cohérent, et peut aussi permettre au pays d’aller dans des choix en cohérence avec les personnes qui le dirige. La Guadeloupe est devenu un exemple en la matière et ils avancent, quand nous à notre niveau nous reculons et reculons encore par nos choix débiles. C’est le « TOUT ET SON CONTRAIRE».

Le Président François HOLLANDE que désire-t-il ? avoir une majorité pour mettre en œuvre sa politique ce que les français de France se chargent de faire par leur, vote massif pour les candidats du PS. Ce qui évite une cohabitation politique qui s’avérerait désastreuse avec la Droite UMP pour l’application de son projet politique. Nous en Martinique nous faisons tous le contraire. Comme lorsque la Martinique vote massivement OUI pour la Constitution Européenne, alors que dans le même temps la France hexagonale vote NON. Ensuite le pays pleure sa douleur de l’Euro.

Je vous le dis les martiniquais sons doués pour la cacophonie, et cela continue, cela va continuer encore et encore, qui en payera les conséquences ? ce sont cette multitude de jeunes que l’on accuse de tous les maux du pays, mais que les personnes adultes en chargent de faire les bons choix politiques aux bons moments sont dans cette incapacité de le faire. Ils préfèrent voir se livrer au quotidien dans les arcanes des hémicycles la Guerre de pouvoir des différents clans politiques du pays Martinique. Ah oui c’est vrai le feuilleton qu’ils aimaient particulièrement à l’époque DALLAS est aussi de retour. Préparer vous donc avec nos quatre députés élus a pendant 5 ans ne rien voir aboutir positivement pour le pays sur les nombreuses questions de fonds dont il fait l’objet. Ils doivent bien rigoler de nous les observateurs extérieurs. Et on se dit apte à prendre en main notre avenir, alors que le maître mot de tous cela est ” INCOHERENCEALLEZ ON VA DIRE ! On ne maîtrise vraiment pas ces choses-là !

La Martinique perd le nord, et continue inexorablement à le perdre.

Le groupe GBH = Groupe Bernard HAYOT ou la fortune même en période de grande crise mondiale. septembre 8 2011

Infos : , 1 commentaire


Au moment où j’écris cet article nous sommes le jeudi 8 septembre 2011. Pourquoi ce titre ? Tout simplement qu’en ce jeudi 8 septembre 2011, l’actualité radiophonique, télévisuel, voir papier annonce le résultat de « Challenge » : http://www.challenges.fr/classements/fortune/ que le groupe martiniquais dont les activités se situent dans la grande distribution, et la concession de véhicules sous le nom de GBH pour faire simple Bernard HAYOT et sa famille venait de se positionner à la 173 place des plus grosses fortunes de France avec une fortune estimé à 250 millions d’euros. Si vous tapez dans le moteur de recherche Google « groupe Bernard HAYOT », » vous avez en retour dans les 5 premiers résultats ce qui suit :   Le groupe Bernard Hayot s’agrandit d’un hypermarché en …

www.fxgpariscaraibe.com/article-le-groupe-bernard-hayot-… - En cache

Samedi 3 septembre 2011 6 03 /09 /Sep /2011 06:15. Le groupe Bernard Hayot s’agrandit d’un hypermarché en Martinique. GBH autorisé à reprendre

·  Bernard Hayot s’offre Cora Cluny en Martinique

www.bondamanjak.com/…/12566-bernard-hayot-soffre-cor… - En cache

Mercredi, 31 Août 2011 09:52. Ca bouge dans la grande distribution en Martinique. C’est finalement le groupe Bernard Hayot (GBH pour les intimes ) qui a

·  Le groupe Bernard Hayot veut racheter Cora - Toute l’actualité de la …

www.martinique.franceantilles.fr/…/le-groupe-bernard-hay - En cache

23 mars 2011 – Mercredi 7 septembre 2011 - FDF 18h52 / Paris 00h52 Le groupe GBH (groupe Bernard Hayot) vient donc de s’engoufrer dans la brèche,

·  le Groupe Bernard Hayot

feobus.centerblog.net/5081887-le-Groupe-Bernard-Hayot-

Martinique : le Groupe Bernard Hayot (GBH) reprend Leroy Merlin Publié le 20/11/2007 Auteur: Marc Cireur Le Groupe Lancry a décidé de revendre son magasin Leroy Merlin du Lamentin (près de … Par Anonyme, le 03.08.2011

 

C’est juste un échantillon !!! Mais c’est la razzia. À l’écoute de cette information qui n’est pas réellement un ” scoop “, pour ce qui me concerne c’est une bonne, et une mauvaise nouvelle. Une fois n’est pas coutume commençons par la bonne.

Pour le Martiniquais que je suis, je me dis que c’est intéressant que dans ce classement on trouve un martiniquais. Je ne rentrerais pas dans la considération de communauté, que la famille en question c’est une famille de Béké, ce qui en Martinique fait toujours polémique. Ce serait un martiniquais descendant d’esclave, la suite de mon propos aurait été le même. Je disais donc que ” OUI ” les martiniquais en apprenant cette nouvelle devraient sauter de joie, avec moi dans le Lot. C’est une bonne nouvelle n’est-ce pas ? Un martiniquais riche, de surcroît GBH est un groupement qui emploi un grand nombre de martiniquais dans ses nombreuses entreprises en Martinique, c’est donc bon pour l’emploi quand on sait le niveau élevé du chômage dans l’île. Il, le Groupe Bernard HAYOT finance aussi de petites actions dans le cadre des études et de la formation des jeunes diplômée. Enfin bref des trucs d’entreprise riche un tant soit peu intéressant pour un peu de poudre aux yeux et quelque peu abaisser les tensions qui existent jusqu’alors entre Béké descendant de colon blanc et descendant d’esclave noir. Nous pourrions aussi dire : Enfin un martiniquais qui rivalise avec les plus grandes fortunes de la France hexagonale, du lourd enfin pour l’ile et son économie ! 250 M€ superbe bien qu’il ne soit que 173e dans ce classement. Mais voilà le problème est qu’il est tout seul et qu’il contrôle déjà grâce à ses entreprises de grandes distributions un fort pourcentage de notre économie.

C’est pour cela que pour moi c’est plutôt une mauvaise nouvelle, ne voyez pas en moi un jaloux, ou un psychopathe, un aliéné de la réussite des autres, ce qui n’est certainement pas mon cas. Sauf que de cette information, qui nous annonce la réussite extravagante d’une famille martiniquaise, j’examine la partie immerge de l’iceberg, et ce que j’y vois n’est pas bon, mais pas bon du tout pour notre île.

Imaginé ! février 2009 la Guadeloupe et la Martinique s’embrasent, une véritable révolution qui dura 1 mois et demi motif ” la vie chère ” dans l’économie de l’île et plus principalement les prix appliqués par la grande distribution. De nombreuses manifestations sous la houlette du ” LKP ” pour la Guadeloupe, et “collectif du 5 février» pour la Martinique.

15 000 à 20 000 manifestants se rassemblent à Fort-de-France contre la « vie chère », s’ensuit des nuit de violences en Martinique. 25 Février 2009. Au 35e jour de grève. Ensuite la grève prix une tournure quelque peu raciale avec en ligne de mire le ” Békés, colon blanc ” des chiffres sont annoncés et sont les suivants : Avec 1% de la population, ils contrôlent 90% de l’industrie agro-alimentaire, la moitié des terres et 40% de la grande distribution. Les mots (MONOPOLE, MONOPOLISTIQUE, LOBBY, HEGEMONIQUE, INSULARITE) sont mis en avant par le peuple, les médias, les politiques, voir les autres concurrents de ce secteur de la grande distribution pour expliquer le phénomène de vie chère qui règne sur l’île. Une île la Martinique placée dans une position d’insularité avec une population locale de clients captifs. S’en suivi ensuite un simulacre d’états généraux mis en place par le Président de la république monsieur Nicolas Sarkozy dont nous n’avons vraiment jamais eut les résultats sur place.

Bref je ne vous raconterais pas de nouveau dans le détail l’histoire de cette période de février 2009 le Net regorge d’articles. Simplement ce que je voulais faire ressortir c’est que par la puissance que prend actuellement le Groupe Bernard HAYOT, les mêmes maux vont créer les mêmes maladies. Ce groupe avec ses nouvelles acquisitions de sociétés de la grande distribution en Martinique, et son poids financier aura des parts de marché tellement conséquent que le phénomène monopoliste se posera de nouveau, et sera qu’on le veuille ou non une réalité. Plus aucun des autres concurrents qui tentaient tant bien que mal jusqu’à la d’exister dans cette partie du marché ne pourrons pas cette fois-là, faire une réelle concurrence à ce groupe et seront très certainement appelés à mourir dans le futur. Même nos politiques devront se plier sous l’hégémonie de ce super puissant groupe et se plier à ses exigences. Plus que jamais et au-delà de toute considération la Martinique aura un MAÎTRE, et se sera celui-là. Une famille située 174e fortune de France avec 250 m€ ce n’est pas bien grave par exemple pour l’hexagone car ils sont nombreux dans le pays à être fortuné, voir très fortuné comme le démontre ce classement de Challenge. C’est pour la France hexagonale plutôt un sujet de satisfaction.

Mais mes amis, pour le petit pays qu’est l’île de la Martinique, avec son insularité et son seul très grand millionnaire qui plus est, détient le quasi-monopole des entreprises de la grande distribution et de concessions de véhicules neufs du pays l’intitulé ” LE DERNIER MAÎTRE DE LA MARTINIQUE ” devrait de nouveau refaire son apparition, et cette fois sans aucune contestation.

Quand nous voyons ce que font actuellement les entreprises du ” CAC 40 “, l’emprise qu’elles ont sur les populations, ainsi que les politiques. La pression qu’elles font subir aux plus petits de la chaîne de distribution. Leurs volontés de gagner toujours plus d’argent pour peser dans la balance, et faire appliquer sans aucune possibilité de discussion leur dicta. Alors que souvent en face de leurs exigences se trouvent des états, de puissants gouvernements, des organismes nationaux, voir mondiaux de grandes envergures, le résultat est souvent le même le recul des uns et des autres face à ces puissants lobbys.

Alors comment penser et envisager la Martinique dans les années à venir avec son seul tout puissant multimillionnaire, qui est de surcroît à la tête des seuls marcher porteurs du département et qui va regrouper à lui seuls 99 % de la population cliente pour l’achat de véhicules neufs, en cause : transport en commun inexistant dans l’île.  Et aussi le plus important pour ce groupe quand on connaît notre boulimie à la consommation, la grande majorité de grandes surfaces enseigne ” CARREFOUR ” et autres dérivés dans lesquels nous serons obligés de nous rendre et d’acheter avec les prix exubérants qui y seront pratiqués.

Je ne parlerais pas de l’ultime pression qui l’est déjà, mais qui sera dorénavant sans concession envers nos petits producteurs qui ne pourront que se plier face à cet unique maître du secteur de la grande distribution en Martinique. Le dicton sera ” Marche ou crève !!! “.

L’histoire de la Martinique est de nouveau en marche, avec sa chronique annoncée d’un cataclysme de vie encore plus chère dans les secteurs détenus par GBH sans concurrents, donc sans concurrence.

La Martinique comme à son habitude perd le nord.

La Martinique l’île des prises d’otages. août 28 2011

Infos : , ajouter un commentaire

Depuis déjà un certain temps nous avons pu voir fleurir à la fin des journaux télévisés un comptage du nombre de jours de captivité d’otages français de par le monde. Un certain nombre de pays sont coutumier des prises d’otages et connus du grand-public. Ils sont fichés dans des listes consultables sur Internet ou dans les agences de voyages par un des ministères du gouvernement français.  Cette fameuse liste permet aux futurs voyageurs de prendre connaissance de ces fameux pays à risque, mais surtout de les éviter dans leurs choix de destination, histoire vous le comprenez d’éviter de faire partie de ces fameux décomptes.

Le gros souci c’est que la Martinique n’est pas fiché comme pays à risque dans cette fameuse liste alors qu’elle devrait l’être.

Depuis l’année 2010 jusqu’à ce jour fleuri dans le paysage martiniquais sur des panneaux de publicité 4×4 un slogan devant permettre à la Martinique son lustre d’antan en matière de tourisme ” La Martinique bâtisseur de paradis “. Jusqu’à là, il n’y a pas de problème, si ce n’est que celui de vanter les atouts touristiques de l’île, quand on sait les chiffres lamentablement en bas de la fréquentation touristique, qui n’est pas pourtant pas dû à ces nombreuses prises d’otages effectués dans l’île.

Avant d’aller plus loin dans ce le récit de ce drame qui mine le pays Martinique, voyons une définition de   ” prendre en otage ” = Personne retenue pour garantir l’obtention de quelque chose “, ou encore cette définition ” Personne détenue comme gage de l’exécution d’un traité, de la soumission d’une population “. La prise d’otages, ou prendre en otage est devenu le sport national en Martinique, le problème est que lorsqu’il se réalise il s’agit souvent de prendre en otage non pas une, deux, trois, dix, trente personnes en otage, mais 98 % de la population de l’île, c’est-à-dire quatre cent cinquante mille personnes environ, les 2 % restants sont les preneurs d’otages.

Le plus grand preneur en otage de la population martiniquaise était jusqu’alors les ” DOCKERS ” ou généralement en chaque fin d’année le pays à droit à la grève de cette catégorie de professionnels et du blocage du port de Fort-de-France, donc mise à genoux de l’ensemble des secteurs économiques de l’île. Conséquences nombreuses fermeture définitive d’entreprises, augmentation du taux de chômage, climat délétère entre la population, violences sous toutes ses formes, secteur touristique et touristes en difficulté.

Le deuxième grand preneur fréquent de la population en otage, on plutôt pourrait ont parlé du couple de preneur en otage de la population, il s’agit de ” la RAFFINERIE DE PÉTROLE la SARA, ainsi que les diverses STATIONS D’ESSENCE de l’île. ” Là aussi cela se termine par de nombreuses entreprises, et de nombreux salariés en grandes difficultés, et une nouvelle fois une économie déjà pas très florissante de l’île sur le carreau, générant de grosses situations de stress chez les automobilistes, et d’énormes violences dans la population.  Fréquence de reproduction de ces prises en otage, une ou deux fois par an, voir plus.

Ensuite se distinguent de plus petites catégories de preneurs en otage de la population martiniquaise comme ” les TRANSPORTS en COMMUN, les TAXIS COLLECTIFS, les POIDS LOURDS. ” Conséquences, les routes du pays barrés, des embouteillages monstres, du stress, de la violence, déstabilisation des scolaires, des étudiants, des salariés, des employeurs, des touristes etc. ” Et une fois encore l’économie du pays est quotidiennement mise à mal par ces agissements.

Mais depuis 2 ans une société dans une situation calamiteuse vient de faire son entrée dans cette fameuse liste martiniquaise de preneur en otage de la population, même si déjà depuis quelques années déjà elle sévissait sur le territoire avec sa technique de coupures d’électricité intempestives.

Il s’agit ” d’EDF “. La Martinique subit de cette entreprise les plus grosses, et plus fréquentes prise en otage de la population son credo les fréquentes coupures d’électricité tournantes. Une fréquence de ces coupures qui met particulièrement à mal le fonctionnement économique social et sociétal de l’île. Elles atteignent des niveaux-records, certaine partie de l’île comme le sud est laminé en coupures intempestives. Le matériel électrique et électronique de la population sont bousillés, les petites entreprises déjà en très très grandes difficultés voient lors de ces longues coupures tournantes d’EDF leurs activités chutées vertigineusement.

EDF entreprise public français, est en train avec ses dirigeants, ses salariés créer une véritable catastrophe économique dans le pays Martinique. Sous la direction de madame Éliane Germont depuis un peu plus de 2 ans, l’énergie électrique proposée par EDF sur l’île est calamiteuse. La technique d’apaisement de la population employé est une communication express pour donner des explications bidons concernant le pourquoi de la énième coupure qui vient de privé 20 000, 30 000, 40 000, 50 000, 60 000 foyers et entreprises martiniquaise d’électricité. Et cela 2 à 3 fois en quinze jours, principalement dans les mêmes zones.

Des ingénieurs d’EDF interviennent sur les médias pour nous faire part de leurs difficultés, moteurs en panne en permanence, obsolescence du matériel de l’usine. Ils mettent en avant l’insularité de l’île pour expliquer la déchéance du service, comme si cette insularité de la Martinique était nouvelle. Ils tentent de nous faire culpabilisés, déviant leurs problèmes de personnel, leurs incapacités et incompétences de gestion de management sur l’aspect géographique de l’île. Profitant des grèves de leur personnel local pour les incriminer des nombreuses coupures tournantes effectuées durant le conflit, mais le problème c’est que le conflit terminé depuis longtemps les coupures incessantes continuent toujours de plus belle. Cette entreprise est délinquante casse impunément la société martiniquaise, appauvri par les nombreux dégâts occasionnés aux appareils ménagers et machines, par les coupures d’électricité. Un véritable désastre qui se déroule sous un silence de cathédrale des politiques. Je crois que la population martiniquaise devrait unanimement faire entendre sa voix pour dénoncer ce grave problème, et ne pas subir en silence ce désastre annoncé. La population martiniquaise devra être forts et montrer leurs solidarités afin d’empêcher EDF de briser le pays. S’unir pour monter au créneau, alerter les médias, dire STOP à ces prises en otage de la population. Nos jeunes retrouveront bientôt les bancs de l’école, et ils devront de nouvelles fois subir les coupures d’électricité les empêchant d’apprendre leurs leçons, d’effectuer leurs devoirs, les obligeant à étudier dans des situations d’obscurité, augmentant les risques d’incendie des habitations dû à l’utilisation de bougies. Que cherche EDF  en Martinique?  C’est quoi cette stratégie ? Nous avons vu dans les définitions de ” prendre en otage ” les notions de :   ” Personnes retenues pour garantir l’obtention de quelque chose ” ou encore ” Personnes détenues comme gage de l’exécution d’un traité ” La Martinique doit dire STOP STOP d’une manière ou d’une autre aux exactions de cette entreprise. HALTE à la prise en otage par l’énergie de la population martiniquaise qui paye chèrement les factures EDF qui lui sont délivré.  Qu’EDF arrête de tout casser en Martinique.

Sinon c’est la Martinique qui perd le nord.

Les dockers les derniers maîtres de la Martinique. février 24 2011

Infos : , 1 commentaire

Après • Franco, Francisco (1892-1975), Hitler, Adolf (1889 - 1945), Hussein, Saddam (1937-2006), Milosevic, Slobodan (1941-2006), Mussolini, Benito (1883-1945), Amine Dada, Bokassa,  Oliveira Salazar, Antonio (1889-1970), Pinochet, Augusto (1915-2006), Sar, Saloth (Pol Pot) (1925-1998), Staline, Joseph (1878-1953), Zedong, Mao (1893-1976), Teodoro Obiang Nguema, Guinée Equatorial, Blaise Campaore, Burkina, Robert Mugabe, Zimbabwe, Mobutu Sese Seko, Zaïrois, Idi Amin, Ouganda, Omar Al Bashir, Soudan,  Ould Taya,Mauritanie,  Samuel Doe, Liberia, Denis Sassou-Nguesso, Rep. Congo, Yahya Jammeh, Gambien, Bokassa, Centrafrique, Al-Kafhafi, Lybie, Eyadema, Togo, Charles Taylor, Corée du nord,Kim il Sun,Kim Jong,Kim Jong Un,Kim Jong-il, Haïti Jean-Claude Duvalier, Tunisie  ine el Abidine Benali, Égypte Hosni Moubarak, les colons Béké…

La liste peut encore être plus longue dans la mesure qu’il faut ajouter les ouvriers Dockers de la Martinique. La comparaison est grande ne vous y trompez pas, et ne croyez pas que j’exagère. Prenez chacun de ceux que j’ai cités plus haut, analysez leurs œuvres dans ce monde. Prenez les ouvriers dockers de la Martinique analysé leurs œuvres depuis quelques années en Martinique et vous verrez que vous trouverez un grand nombre de similitudes. Pour vous aider voici une petite liste pas exhaustive du tout que vous pourrez compléter dans le temps (Destruction de personnes par la perte de leur emploi, génocide par destruction de l’économie d’un pays, égocentrisme, folie, hégémonie, égoïste, recherche en permanence de l’enrichissement personnel etc.) À ajouter à cela sûrement une petite pointe de racisme. Des salariés dockers qui viennent d’être sauvés du chômage après que leurs sociétés se soient déclaré en faillite après la grève de février 2009. Repêchés, et récupérés ils reviennent de nouveau nuire à la société.

Sombre est l’avenir de la Martinique avec cette petite minorité de gens, une petite centaine entend-on dire qui depuis des années met à genoux l’économie du pays, mais surtout les plus faibles et les plus fragiles de la population. Une Caste qui règne en maître sur le port maritime de l’île. Des nantis du salaire qui se plaignent en permanence de ne pas gagner assez d’argent, leur unique revendication. Des ouvriers qui bénéficient de conditions de travail plus qu’excellente, par rapport à grand nombre d’autres professions à ce jour.

Mais voilà ces messieurs profite de chaque NAO pour remettre le couvert par cette Seule et unique revendication “des augmentations de salaire, avec comme chantage, ou épée de Damoclès le blocage du port maritime poumon économique de l’île.

4e, port à conteneurs de France, et le premier bassin d’emploi de l’outre-mer français. 96 % Des échanges extérieurs de marchandises passent par le port - Plus de 3 millions de tonnes de marchandises par an dont : - 2 50 000 à l’import - 850 000 à l’export.

3000 Escales annuelles de navires - Environ 1000 emplois directs - Plus d’une centaine d’entreprises - 250 000 passagers annuels c’est cela le port de la Martinique.  Je le réécris encore il s’agit de 126 personnes qui sèment la terreur due au blocage de ce port maritime condamnant par asphyxie économique le reste de la population.

« Ces derniers maîtres de la Martinique » qui en février 2009 très sûrement eux aussi condamnaient une certaine catégorie de la population d’être des « PROFITEURS ». Nous pouvons constater qu’ils sont eux-mêmes des « PROFITEURS » en puissance, et de première catégorie dans le paysage économique de notre pays.

Imaginer, imaginons les médecins, les infirmières, les chirurgiens etc. Disons le monde hospitalier se mettant en grève pour des augmentations de salaire et décidant de ne pas recevoir et soigner les malades qui arrivent à L’hôpital, et pour pimenter un peu l’histoire imaginons que ce sont-ce jours-là les parents, ou les enfants de ces dockers que L’hôpital refuserait de les recevoir pour des soins. Pensez donc, mais dans les faits !! nous n’arrivons pas à imaginer cela tellement c’est quelque chose d’impensable.  Les salariés du monde hospitalier sont des personnes responsables, et feraient de toute évidence passer les intérêts de la personne avant les leurs. Impensable que l’on puisse laisser ou faire mourir des gens pour une augmentation de salaire lorsque que l’on touche déjà des salaires mirobolants.

RESPONSABLE le mot est jeté, nous avons sur le port en la personne des dockers une catégorie de salariés irresponsables. Des personnes n’ayant à mon avis aucune compréhension, voire aucune connaissance de ce que c’est que l’économie d’un pays. De ce que représente un outil tel que le port pour le reste des acteurs professionnels de la Martinique. Ils n’on aucune idée du risque important de création de situations déstabilisantes graves du point de vue social et sociétal du pays en raison de leurs comportements irresponsables.

Ces derniers maîtres de la Martinique plus tard verseront ces problèmes sur le dos de d’autres catégories de personnes, ils tenteront de convaincre l’opinion publique que ce sont eux les victimes. Les Martiniquais regardent les actualités du monde en 2011 avec principalement en ce moment des infos ou images de populations en révolte contre des dirigeants tyrans dictateurs. Nous en Martinique nous pouvons penser que ce sont des situations d’ailleurs, que nous par notre statut de département français démocratique cela ne peut pas nous arriver ici à la Martinique.

Erreur !!! Je pense vous dire que sincèrement nous nous trompons, le risque existe bel et bien car la Martinique à aussi ses dictateurs les dockers qui règnent en maître sur le port maritime, et par ricochet sur l’économie du pays.

En 2009 ce journaliste Romain Bolzinger s’est trompé en titrant son reportage sur la communauté Béké « Les derniers maîtres de la Martinique ». Les derniers maîtres de la Martinique ce sont les DOCKERS et cette fois c’est moi Daniel COURSIL qui le dit.

La Martinique perdra de plus en plus le nord.

La Folie douce, ou la douce folie de Garcin MALSA le Maire de la commune de Sainte-Anne Martinique. février 7 2011

Infos : , 1 commentaire

Bonjour, à tous les Blogonautes.

 

La Martinique perd le nord revient encore une fois de plus à la charge dans la mesure qu’après le « drapeau national, l’hymne national », le Maire de la commune de Sainte-Anne dans le sud de la Martinique se distingue encore dans une de ses facéties dont il a le secret. Le voilà qui nous sort du dessous de son bonnet la « Carte d’identité nationale martiniquaise ». 

Et oui vous avez bien lu ! « La Carte d’identité nationale martiniquaise », du coup je suis sûr que vous allez vous précipiter dans vos livres d’histoire ayant trait à la Martinique, vous disant que vous avez dû rater quelque chose. Non non !! Je vous rassure, la Martinique n’est pas brusquement devenue indépendante depuis vos dernières lectures de l’histoire de l’ile, la mentionnant comme étant un département français d’outre-mer. Sauf que dans la petite tête de monsieur Malsa il s’est créé une Martinique virtuelle et indépendante dont il est le Président, et auquel il applique ses incohérences nationalo-identitaires, ce qui dans le cadre d’une Martinique virtuel ne gêne ni ne dérange personnes. Mais le problème c’est que monsieur Malsa s’extirpe de sa Martinique virtuelle, et applique sans demander à personne à la Martinique du réel ses lubies fantasmagoriques. 

 

Subitement il crois avoir trouvé l’autre solution qui nous manque pour nous épanouir vivre fièrement notre identité martiniquaise dans notre île ou ailleurs. Cela vole bas chez vous monsieur Garcin Malsa, vous n’avez rien de mieux sous votre chapeau de prestidigitateur à nous proposer et à nous offrir ? Alors taisez-vous, ne faites rien, ou plutôt si je puis me permettre de vous donner un petit conseil pratique, faites-vous réaliser un jeu informatique de simulation de rôle, vous serez comme vous l’aimer toujours dans le virtuel, un jeu intitulé ” Comment faire que le peuple martiniquais s’approprie son identité martiniquaise ? “. Vous pourrez en jouer à souhait durant toutes vos journées, il vous permettra peut-être de comprendre les vraies problématiques. Nous pourrons si vous le souhaitez, nous aussi en jouer en réseau avec vous. 

  

Eh oui quel simplisme ! Simplement Une « carte d’identité nationale martiniquaise » qui selon vos dires devrait nous permettre de voyager partout dans le monde sans aucun problème, d’afficher notre identité martiniquaise, qui montrera avec force que nous sommes des martiniquais fiers de l’être, qui nous permettra de nous approprier pleinement notre identité., de sortir de l’ornière de problèmes identitaires. Quel imagination ! 

Croire que les jeunes générations actuelles, ne savent pas que la Martinique est un Département français comme bien d’autres départements français, mais qu’ils sont purement et simplement des martiniquais et martiniquaises de nationalité française. c’est les prendre pour des idiots. Ils s’évertuent à vous répéter en permanence  et depuis très longtemps à vous dire que cela ne les gêne pas le moins du monde d’être français, que cela leur plaît, naturellement  que cela ne les dérange aucunement. Alors svp croyez-les !!!

Le 6 décembre 1997, vous et d’autres manifestant avez envahi le tarmac de l’aéroport du Lamentin pour empêcher l’avion de monsieur Jean-Marie Le Pen le Patron du Front National d’atterrir en Martinique, sous prétexte que, par ses propos et son attitude il se présentait comme un véritable raciste nationaliste, vous avez raison. ce jour là. Sauf que pour ce qui me concerne monsieur Malsa vous ne faites pas mieux avec vos soit disant symboles d’identité, voir je considère que, par vos actions complètement inutiles, et dont la population martiniquaise n’adhère nullement, vous pouvez être mis dans le même sac que monsieur Le Pen. C’est encore et toujours ce genre d’attitudes sans fonds et ces réponses inappropriées  que prennent naissance les nombreuses violences en tout genre qui gangrène nos sociétés  actuelles déjà très malades.

Vous croyez vraiment que pour que nous martiniquais chantions à tue tête un hymne national, ou brandissons un drapeau, ou affichons fièrement dans nos mains une carte d’identité nationale martiniquaise, qu’il faut juste les créer. Mais non ! mais non ! Monsieur Malsa vous nous montrez en agissant ainsi que vous n’avez rien compris au sens de l’identité pour un individu. C’est beaucoup plus profond que cela, c’est dans les tripes que cela vous prend, c’est extraordinairement lié à ce que votre pays, votre terre vous offre en termes de vie. C’est lié à votre épanouissement profond individuel et collectif à un peuple, à un groupe ethnique. C’est lié à la capacité des femmes et des hommes qui constituent cette terre et qui ont la charge de les conduire à les permettre par leurs justesses de grandir et d’évoluer sereinement et équitablement par le travail sur cette terre. C’est lié à la représentative naturelle, sans effort de chaque individu d’un consentement identitaire propre à une culture. On n’apprend pas à être une identité, on est l’identité, et on reflète cette identité parce qu’elle fait partie intégrante de vous. 

Si vous estimez que ce n’est pas le cas pour les martiniquais et martiniquaises, et en majorité les jeunes, demander vous plutôt ce que la Martinique les offrent et si l’offre proposée actuellement par vous les responsables qui dirigés ce pays correspondent et répondent à leurs besoins naturels et vitaux dans notre société.

Croyez-vous que les personnes du reste du monde qui visionne ma carte d’identité nationale française actuelle, et qui aperçoivent dessus née le : Xx-xx-xxxx à Fort-de-France s’imaginent que Fort-de-France est la capitale de la France métropolitaine. Monsieur Malsa, monsieur Malsa !!! Vivez avec votre époque c’est terminé le Minitel. 

Aujourd’hui le monde utilise l’Internet, Facebook, Twiter, des SMS, des MMS etc. Les gens sont formés et informés, et s’ils ne le sont pas ils ont moult moyens de le faire. Nous n’avons pas besoin nous martiniquais et martiniquaises d’avoir comme des bœufs gravés sur une partie de notre corps la Martinique pour assumer notre qualité de martiniquais et faire savoir que nous sommes des martiniquais.

Notre carte d’identité nationale française et où notre passeport actuel portant les mentions Fort de France Martinique, suffisent déjà pour montrer et démontrer notre origine sans avoir besoin de votre autre carte d’identité nationale martiniquaise qui ne sert à rien et ne résout rien à notre histoire.

Travailler à plutôt offrir aux jeunes du pays Martinique des alternatives d’emplois vraiment vitales, et plus à même de résoudre déjà les problèmes identitaires et de société qu’ils qu’elles rencontrent. L’appartenance profonde d’un individu à un pays, une nation est plutôt liée aux vrais projets de société qui lui sont proposés par ceux qui sont en charge de conduire ce pays ou cette nation. Ce n’est pas le cas en Martinique, ni non plus dans la commune que vous administrer il me semble. À part des drapeaux, des Hymnes, et maintenant une carte d’identité, je trouve que vous nous apporter de bien piètres solutions qui n’empêchent pas nos jeunes martiniquais et martiniquaises d’avoir à s’expatrier pour effectuer des études, ou pour travailler en France ou ailleurs dans ce monde.

Une chose est sur monsieur Garcin Malsa avec votre « carte d’identité martiniquaise » vous risquez de stimuler encore plus chez eux l’envie de franchir rapidement les océans à la recherche d’une vie meilleure et prioritairement d’un emploi.

Monsieur Garcin Malsa !!! ce n’est pas une carte d’identité quel qu’il soit qui vous forge votre identité, vous êtes vraiment simpliste dans votre façon d’aborder l’identité d’un peuple. Vous multiplier depuis des décennies des symboles sans résultat, il vous faut sûrement et rapidement reconnaître qu’ils ne produisent pas du tout les effets que vous escompté, et vous dire que les problèmes de la Martinique ne sont pas liés à des “drapeaux, hymne national, et deuxième carte d’identité nationale “. 

Fréquentez les forums, ou les autres outils de communication d’Internet que les jeunes de la Martinique utilisent pour traduire en écriture leurs désespoirs vous comprendrez sûrement mieux ou se situent leurs problèmes n°1. J’espère que, dans votre état d’élu vous vous êtes rendu compte que les temps ont considérablement changé depuis votre naissance, que nous sommes dans un nouveau monde que les problématiques actuelles ne sont pas celles sur lesquelles vous plancher ou avez plancher anciennement. Allez faites un petit effort !!! utiliser plutôt votre énergie pour créer des emplois pour les jeunes de la Martinique à la Martinique, et vous verrez qu’a l’avenir, il en sortira des générations défendeurs naturelles d’une identité profonde martiniquaise. 

Avec vous, la Martinique perd, et continue vraiment de perdre le nord.

QUI EST ELLE ? POURTANT COMME UN TSUNAMI ELLE ENVAHIT LA SOCIETE MARTINIQUAISE ET GANGRENE NOS JEUNES. « LA VIOLENCE SCOLAIRE » EST LA. octobre 25 2010

Infos : , ajouter un commentaire

Encore une fois, la Martinique vit des heures sombres, la cause ? l’extrême violence qu’exerce une grande partie de sa jeunesse.

La Martinique continue de subir les effets désastreux de l’ensemble des problèmes économico sociaux qui minent sa population. L’actualité très abondante de faits de violences graves de toutes natures perpétrées par des jeunes écoliers, étudiants font depuis maintenant un certain nombre d’années parties de notre quotidien. Des meurtres de scolaires entre eux, des agressions avec armes entre bandes rivales, des attaques à main armée, des soirées, des concerts perturbés par des coups de feux. Des armes, de la drogue circulent dans les écoles, les lycées et fréquemment causent la mort de jeunes de notre pays.

Très souvent, les journaux télévisés nous montrent des images terribles de désespoirs, de tristesses de parents dont un jeune est décédé tué par l’attaque d’un ou de plusieurs de ses camarades d’école.

 Le pire du pire ce sont le ou les motifs ridicules mentionnés par ce ou ces jeunes meurtriers pour justifier leurs violences. Tout doucement, mais sûrement le pays bascule dans l’horreur. Le paradoxe est que les discours tenus par les institutions de l’état, la population civile, les sociologues, les psychologues ne changent pas, dépassé qu’ils sont tous par ces phénomènes. Souvent trop âgées. Ils elles de ces analystes font partie de ces vielles générations dont on n’a pas ou plus les compétences et l’expertise nécessaire pour aborder ces nouveaux phénomènes.

Ils elles ne se rendent même pas compte que nous sommes dans un nouveau monde, que les outils dont ils disposent qui faisaient merveilles aux siècles passés et dont ils préconisent aujourd’hui l’utilisation sont obsolètes, inadaptés à ce nouveau monde, à ces nouvelles générations.

Le reste du monde a changé, mais messieurs et mesdames la Martinique aussi ! Les discours rassurants, et le faux optimisme ambiant véhiculer par-ci par-là sont irresponsables. 

 

      

 Non !! arrêtons avec ça ! Nous savons pertinemment vous et moi que ce n’est pas avec ce type d’artifice que l’on va résoudre ce fléau qu’est la violence des jeunes à l’école. Fléau qui n’est pas nouveau mais ce qui a changé c’est l’ampleur et la fréquence du phénomène.

Personne à ce jour, ni plus tard d’ailleurs n’aura la capacité de résoudre ce qui se passe aujourd’hui en termes de violence des jeunes. Pourquoi ? Je vous énumère dans les lignes suivantes l’ensemble des éléments déclencheurs, et ils sont légion en Martinique.

Toutes les procédures à ma connaissance mise en œuvres de nos jours ont tous lamentablement échoué, dans la mesure qu’elles ne s’attaquent jamais à la source et à la racine des maux déclencheurs.

Les spécialistes, les associations, les politiques, et le reste de la population saupoudrent, écopent, colmatent. Des actions qui ne servent pas à éliminer d’aussi graves problèmes de société, ils n’arrivent qu’à seulement ralentir le processus. Bien entendu dans ce que j’explique ici, c’est de violence scolaire qu’il s’agit. En voici donc les causes.

 

Comment espérer résoudre de tels phénomènes de violences quand ses causes prennent leurs sources dans un aussi grand nombre de phénomènes liées à notre société martiniquaise. Une société ou depuis déjà un grand nombre d’années la famille a explosé. Ou la monoparentalité est notre modèle familial de prédilection. Ou pratiquement des enfants donnent naissance à des enfants.

 

Les parents estiment de nos jours qu’il est nécessaire pour que leur famille vive correctement qu’ils travaillent tous les deux. Résultat ils sont donc souvent absents du domicile quand les enfants eux si trouvent.

Des enfants qui durant ces moments d’absence de leurs parents tentent de s’organiser dans des taches généralement dévolues à des adultes. Comme par exemple de s’occuper de son petit frère ou de sa petite sœur alors que l’on a que sept ou dix ans.

Cela se traduit souvent par des gestes de colères et d’agressivités qui augmentent avec le temps.

 

Les jeunes maîtrisent les nouvelles technologies dont l’informatique alors que pour la plupart, leurs parents n’y comprennent rien. Ils deviennent donc de faites pour leurs parents des instructeurs, des formateurs alors que par nature c’est le contraire qui doit se produire. Ce sont les adultes qui instruisent les enfants. Ce phénomène induit chez eux une forme de supériorité qu’ils exercent souvent en faisant fi de l’autorité parentale, ensuite de toute autorité d’où qu’elle vienne.

 

Que dire de l’éducation actuelle prodiguée par les parents si ce n’est qu’elle participe sous ses formes les plus courantes à de l’incompréhension, à la perte de repères des jeunes. La communication est incohérente avec les attitudes des adultes d’où une perte des valeurs pour ces jeunes. Ces mauvaises pratiques éducationnelles sont tel chez ces adultes que l’on ne peut que voir se développer une génération de jeunes déséquilibrés. Empreints dans leur incompréhension à s’adonner à la violence.

 

      Les parents d’aujourd’hui encore eux, n’ont pour la plupart aucune autorité sur leurs enfants, et cela commence depuis le berceau. Pour corser les choses les nouvelles lois promulguées par l’état pour protéger les enfants, aura eu comme effet inverse d’inciter à bafouer l’autorité ou qu’elle soit. Créant dans le même temps une ouverture facile vers la violence pour ces enfants.

 

L’un des phénomènes de ce nouveau monde et le plus dangereux vecteur de violences chez nos jeunes, je veux parler des différents médias qui aujourd’hui rythment nos vies. Ils ont pris le pouvoir sur la conscience collective dans un but in finé d’abrutir, d’iconiser, de créer la dépendance de consommation. Ils utilisent l’image, la vidéo la pub et la musique pour dispenser des messages qui très souvent véhicule subrepticement de la violence pour ma part je dirais qu’ils en font l’apologie en toute impunité. Violence vous avez dit violence.

 

 À noël les parents offrent avec joie, facilité et inconscience à leurs enfants des jeux vidéos ou pas, violents ainsi que divers jouets qui incarnent la violence comme des pistolets, fusils, épées etc. Dans leurs imaginaires, et part ce qu’ils voient à la télévision, inconsciemment ces objets lorsqu’ils sont pour des raisons incompréhensibles réelles entre leurs mains ils oublient que ce ne sont plus des jouets ou des jeux et malheureusement à ce stade ils tuent.

 

     Comment oublier que notre société est basé sur l’économie de marché. Un processus qui sous sa forme conduit à une course effrénée au profit et à la performance des individus. Ce processus génère de grands stress journaliers et en grande quantité aussi bien chez les adultes que chez les jeunes. Peut ensuite survenir l’envie de détruire celui qui gêne votre progression, celui qui vous fait de l’ombre, celui qui possède plus que vous. Les sentiments destructeurs animent les coeurs et ces sentiments les jeunes ne savent pas du tout les gérer elles se traduisent souvent en violences.

 

      Vous pensez qu’une société crée de toutes pièces pour inciter sa population à la consommation, et dont les jeunes sont les cibles principales ne susciterait pas en permanence l’envie, l’obsession de posséder.

Ensuite quand cette société de consommation se révèle incapable d’offrir du travail à sa population et par ricochet du pouvoir d’achat. Tous ces jeunes que cette société laisse sur le bord de la route avec des rêves de fortune, de bling bling plein la tête, mais qui sont irréalisables pour beaucoup. Que pensez-vous qu’il arrive ? Sinon que cette situation suscite chez eux de la frustration, de la révolte pour finalement se traduire en des violences multiples.

 

      N’oublions qu’en Martinique de nombreux jeunes depuis leur enfance subissent ou ont subi de la maltraitance de la part d’adultes, de types viols, incestes. Ils grandissent avec un état psychologique défaillant, une personnalité perturbée, des peurs qui conditionnent des attitudes et des actions violentes que nous pouvons voir aujourd’hui.

 

   Autre générateur de violence de jeunes dont on fait un tabou dans les institutions, mais qui est aussi une cause profonde et sous jacente de cette extrême violence sur l’île : Ce générateur de violence est l’immigration clandestine produite par les îles voisines de la Martinique. Des individus jeunes, délinquants sans scrupules, majoritairement désocialisés, dealers. Ils apportent dans l’île leurs propre violence, et la communique à nos jeunes ce qui ne contribue pas à pacifier ceux-ci.

 

Que dire des parents, alors là ! que dire. La plupart ont démissionné, ils continuent en plus de voir leurs enfants garçons ou filles adolescents comme des saints alors qu’ils n’ont depuis belle lurette plus aucun contrôle sur eux. Que ces jeunes fréquentent des bandes, des lieux mal famés. Beaucoup de ces parents manquent même d’humilité, de justice, de pardon face aux désastres causés par leurs progénitures. Ils considèrent même que les nombreux problèmes de leurs enfants sont la faute de la société. Oubliant que les jeunes sont souvent le reflet des parents.

 

Les drogues de toutes sortes, souvent dure comme le crack, ou douce mais O combien consommé fréquemment par les jeunes.

Drogues comme qui dirait dépénalisées tant elles sont présentes par leur consommation dans la vie des jeunes. Pensez-vous que dans les moments de délires, de perte de notion des réalités qu’ils sauront faire la part des choses. Non ! Ils deviennent des Extrémistes de la violence et donnent la mort.

 

Et ce n’est pas finie, l’alcool rythme, lui aussi le quotidien de beaucoup de jeunes. Toutes les occasions et même quand il n’y a pas d’occasion sont propices à sa consommation. Les lieux de consommation sont, eux aussi multiples, si par exemple on ose faire une petite inspection aux abords des écoles, ou des lycées on pourra y découvrir en abondance divers déchets ayant appartenu à des boissons alcoolisées. Avec des taux d’alcoolémie élevé, pensez-vous que nos ados et jeunes adultes soient capables de raisonner, de se raisonner pour ne pas s’adonner à la violence. J’en doute car beaucoup de cette violence actuelle des jeunes est lié à l’alcool.

 

Même la religion qui était censée apporter les bonnes valeurs, d’offrir un espace privilégié avec des messages pacifiques, offre de nos jours elle aussi dans ce nouveau monde par son discours ou ses actions violentes l’apprentissage et la culture de cette notion de violence. Comment avec une image pareille offerte par les religions pouvez-vous demander à des enfants, à des adolescents, ou à de jeunes adultes d’avoir une éthique, de se respecter et de respecter des valeurs, alors que même la religion à perdu ces valeurs.

 

      La Martinique d’aujourd’hui porte en elle tous ces maux. Elles font partie intégrante de notre nouvelle société martiniquaise et ne cessent de grandir à une vitesse époustouflante. Des phénomènes sociétales impossibles à gérer et à contrôler.

       Que reste-t-il dites moi ? Rien impossible de modifier ce grand nombre de leviers vecteur du phénomène. Ceux qui disent le contraire sont juste des utopistes, des rêveurs, des virtualiseurs, ils doivent vivre dans un autre monde. Les choses au contraire ne feront qu’empirer, nous serons tous dépassés par les événements. Toute cette violence sera ingérable pour quiconque, cela restera sans solution aucune. Fatalement nous subirons palier par palier l’augmentation de celle-ci.

La violence saturera tellement notre quotidien qu’elle risque même de se diffuser à ceux qui au départ avaient la caractéristique d’être des non violents.

Vous me direz certainement comme on le fait souvent pour ne pas avoir peur, ou fuir une réalité que je suis d’un pessimisme exagéré, j’accepte de l’entendre bien sûr, reste que chaque jour dans le pays Martinique les évènements de violence des jeunes à l’école, et les évènements de violence tous cours me donne raison.

Je veux bien vous croire, retrouver de l’optimisme, de la joie, mais pour me convaincre je pense fermement qu’il vous faut d’abord résoudre les problèmes que j’ai énumérés ci-dessus. Dans ce cas, nous pourrons en reparler, reste que sur les faits la Martinique continue de perdre le nord.

La Dengue a rendu Dingue le peuple martiniquais. septembre 7 2010

Infos : , 1 commentaire

Bonjour, à vous lecteurs, lectrices Internautes, Blogaunotes. 

C’est incroyable ! inouï ! cela fait des années et des années que la dengue nous rend dingue en Martinique. Cette année 2010 est particulièrement violente en la matière des chiffres particulièrement édifiants : Depuis le début de l’épidémie (22 février 2010) • 25 600 cas de dengue cliniquement évocateurs • 391 patients hospitalisés • 12 décès. 

Récapitulatif pour mémoire de ce que c’est
la Dengue : La dengue est une arbovirose, transmise à l’homme par l’intermédiaire de la piqûre d’un moustique diurne du genre Aedes aegypti, lui-même infecté par un virus de la dengue de la famille des flavivirus. 

Cette infection virale entraîne classiquement fièvre, mal de tête, douleurs musculaires et articulaires, fatigue, nausées, vomissements et éruption cutanée. Biologiquement on retrouve habituellement une baisse des plaquettes. La guérison survient généralement en une semaine. Il existe des formes hémorragiques ou avec syndrome de choc, rares et sévères, pouvant entraîner la mort. 

Il n’existe pas de vaccin et pas de traitement spécifique antiviral. La prise en charge repose sur un traitement symptomatique à base de médicament contre la fièvre et la douleur. La prévention collective repose sur la lutte contre les moustiques vecteurs et la prévention individuelle sur les mesures de protection contre les piqûres de moustiques. 

Bien maintenant que vous savez tout, ce que vous n’arrivez sûrement à comprendre c’est pourquoi en 2010 encore cela fait autant de dégâts. Simple juste parce qu’encore une fois dans l’ile de
la Martinique habite un grand nombre de martiniquais, martiniquaises irresponsables. Des gens sans scrupules, de véritables criminels, des meurtriers en puissances. Des personnes qui depuis des années déjà au détriment de tout sens humain font mourir chaque année des enfants, et des personnes physiquement vulnérables des (Denguomanes) donc. 

Qui sont ces martiniquais et martiniquaises ? simplement ce sont des personnes de tous ages malpropres. Ils elles salissent impunément le pays en créant des dépôts sauvages d’ordures. Ils, elles collectionnent devant ou proche de leur habitation de nombreuses carcasses de voitures, des pneus, des batteries, des récipients non conventionnels pour recueillir de l’eau de pluie. Leur habitation regorge de gîtes idéals de ponte pour le moustique. Ils elles se fichent complètement des conséquences de ces comportements irresponsables ce sont des meurtriers je vous dis. 

Irresponsables ils elles le sont nombreux dans ce pays, volontaires pour tuer avec des détritus partout, des ordures ménagères de toutes sortes jonchant les rues, les plages, les forêts, les mangroves, les abords des habitations, des écoles, des abris bus, des équipements sportifs, des cimetières, de l’aéroport etc. déposés, ou jeté volontairement, une bande de malpropres n’ayant aucun sens civique, aucun respect des autres. De véritables truand qui tuent à travers du moustique. 

Les épaves de véhicules de toutes sortes devant la belle villa du martiniquais ou de la martiniquaise restent le top du top. Les vestiges désastreux d’épaves de véhicules partout dans l’ile dont personnes ne s’occupent, une pollution massive et mortelle habitat privilégié des moustiques, et insectes nuisibles, et autres rats, serpents. À cause de ces gens la santé publique est gravement mis en danger. Les fautifs sont vraiment nombreux, ils se savent impunies dans une île ou vivre avec et dans les détritus reste un mode privilégié de vie pour la population. Alors des épidémies aussi virulent voir dans le futur même plus sont à venir. Ils se renvoient la balle, accusent les autres (l’état, les politiques, les maires,
la France) etc. Le problème est tellement complexe que la ministre de la santé Roselyne. Bachelot-Narquin, et la secrétaire d’état à l’outre-mer Marie-Luce Penchard ont dû se déplacer pour se rendre en Martinique durant 24 heures pour expliquer au peuple martiniquais, qu’il faudrait peut-être nettoyer avec plus de responsabilité les gîtes à moustiques. Des enfants, des adulescents, pauvre Martinique, pauvre pays.Dingues de
la Dengue sont beaucoup de martiniquais et de martiniquaises,
la Martinique perd toujours le nord.



Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 31 articles | blog Gratuit | Abus?